Lorenzo MPC en interview : “les décennies, ça me convient bien !”

Lorenzo MPC est de retour avec un nouveau single “Une seule race, une seule identité”. Accompagné de son backeur et ami Samson Allmasty, le rappeur s’est confié au micro d’ESSENTIEL radio. Projets, convictions et inspirations… rencontre !

Share Buttons

fb title Lorenzo MPC en interview : “les décennies, ça me convient bien !”
desc Lorenzo MPC est de retour avec un nouveau single “Une seule race, une seule identité”. Accompagné de son backeur et ami Samson Allmasty, le rappeur s’est confié au micro d’ESSENTIEL radio. Projets, convictions et inspirations… rencontre !
hash UneSeuleRaceUneSeuleIdentité
img
tw desc Lorenzo MPC est de retour avec un nouveau single “Une seule race, une seule identité”. Accompagné de son backeur et ami Samson Allmasty, le rappeur s’est confié au micro d’ESSENTIEL radio. Projets, convictions et inspirations… rencontre !
hash UneSeuleRaceUneSeuleIdentité

Salut Lorenzo ! En quelques mots, est-ce que tu pourrais te présenter à nos auditeurs ?

Lorenzo MPC : Alors je m’appelle Lorenzo MPC. Je fais du hip-hop chrétien. Mon premier texte date de 1997. Dix ans après, 2007, premier album. Et encore dix ans après, je sors un nouveau single. Bon, entre temps, il y a pas mal de choses qui se sont faites.  Mais voilà, je pense que les décennies, ça me convient bien (Rires)

 

Back to 2007, il y a 10 ans et quelques mois maintenant, tu sortais ton premier album Prière pour mes frères... que peux-tu nous en dire ?

Lorenzo MPC : Je suis agréablement surpris car c’est un album encore bien accepté par le public. Surtout le titre “Prière pour mes frères”. C’est une prière que je fais à Dieu. D’ailleurs, avec Samson Allmasty, on travaille en ce moment pour donner une suite à cette chanson. On n’en dit pas plus, on laissera la surprise pour l’album. En tout cas, c’est un album qui correspondait vraiment à mon envie du moment, avec les styles de musique que j’affectionne : rap, pop, hip-hop, raï. J’ai eu le privilège de travailler avec de grands artistes comme Agyei Osei et Nawale, qui ont vraiment porté cet album et permis qu’il ait cette sonorité-là et ce retentissement encore aujourd’hui.

 

Tu reviens donc aujourd’hui, 10 ans plus tard, avec un nouveau single “Une seule race, une seule identité”, une chanson que tu aurais, d’après nos sources, composée il y a quelques années...

Lorenzo MPC : Oui tout à fait ! Si je ne dis pas de bêtise, c’était deux ans avant les attentats de Paris, en novembre 2013. Et puis j’ai eu l’occasion de poser le premier couplet de cette chanson à la fin d’une interview radio : c’était exactement le 6 novembre 2015, une semaine avant les attentats de Paris… Alors quand ils ont diffusé mon interview, ils ont dit : “Malheureusement, Lorenzo a eu des paroles un peu prémonitoires”. Je pense qu’avec tout ce qui se passe, ce morceau est toujours d’actualité.

 

C’est vrai qu’aujourd’hui, on entend encore beaucoup parler de racisme…

Lorenzo MPC : Oui, et même si on le subit un peu moins, je trouve ça regrettable l’image qui est donnée dans les médias. On parle des banlieues, du racisme, des Arabes, des Blacks qui font des bêtises. On parle aussi beaucoup de radicalisation. Ce sont un peu des gros mots aujourd’hui, employés à toutes les sauces.

Par contre on parle très peu des jeunes qui s’en sortent. Il y en a beaucoup plus qu’on ne le croit. Boris Cyrulnik explique très bien qu’on n’est pas condamné à l’échec. Ce n’est pas parce que je suis né dans un quartier avec des difficultés que… D’ailleurs, il y a ce morceau de Kery James, “Banlieusards”, - que j’aurais aimé écrire – qui dit qu’il y a beaucoup de gens qui sont partis de rien et qui sont arrivés au sommet. Pour moi, c’est une fierté de montrer qu’on n’est pas condamné à l’échec. Arrêtons de regarder à l’apparence, mais regardons au cœur et à la valeur de l’être humain.

 

Regardez le clip "Une seule race, une seule identité" de Lorenzo MPC 

On a aussi découvert récemment un autre chanson inédite, “le Fils prodigue”. Tu pourrais nous raconter un peu l’histoire de ce titre ?

Lorenzo MPC : Et bien, c’était une demande de Saïd Oujibou. J’écris pour lui depuis une dizaine d’années et j’interviens au niveau musical dans ses spectacles.Un jour Saïd m'a dit qu’on allait faire un nouveau spectacle à partir de l'histoire du Fils Prodigue que l'on trouve dans la Bible. Il m'a demandé d'écrire un morceau là-dessus, j’ai tout de suite été emballé. J’avais justement lu le livre de Paul Ettori qui raconte cette histoire, verset par verset, mais en la remettant dans le contexte de notre époque. J’avais vraiment été touché par ce livre. Et avec la permission de l'auteur, je m'en suis inspiré pour écrire cette chanson. C'est un morceau qui est fort et qui parle à tout le monde à mon avis. 

 Découvrez Lorenzo en live dans les studios d'ESSENTIEL 

On a compris Lorenzo que ces deux nouvelles chansons annoncent un nouvel album... qui sera musicalement similaire au précédent ?

Lorenzo MPC : Oui, en effet, il y aura toujours cette tendance un peu orientale, du funk, du hip-hop, un ou deux morceaux de slam et quelques featurings. Notamment avec mon ami Samson Allmasty qui m'accompagne aujourd’hui et qui est un vrai frère pour moi. 

 

Et bien voilà une belle introduction de ton pote, Lorenzo… Bienvenue à toi Samson Allmasty alias Johnny, c'est ça ?

Samson : Oui c’est ça, Johnny comme le chanteur (Rires). Je viens du 95, au Nord de Paris. Et je suis backeur pour Lorenzo MPC.

 

Et pour aller droit au but, Samson, si aujourd'hui tu rappes avec Lorenzo, c'est parce que tu as fait une rencontre qui a bouleversé ta vie. 

Samson : Celle de Jésus-Christ exactement ! Moi j’ai évolué dans un contexte globalement chrétien. Mais malheureusement, dans le quartier dans lequel j’ai grandi, avec l’entourage, les influences des uns et des autres, j’ai lâché la main de Jésus,  pour le plaisirs éphémère que ce monde peut nous proposer. J’ai fait certaines choses. J’ai eu des soucis de temps en temps avec la justice. Mais grâce à Dieu, je suis enfin rentré à la maison, comme le fils prodigue. Depuis, j’essaie de servir Dieu du mieux que je peux.

 

Tu as plusieurs freestyles à ton actif. Tu peux nous parler du dernier que tu as sorti, "Émeraude" ?

Samson :  "Émeraude", c’est un morceau qui me tient vraiment à cœur parce que je trouve qu’on vit dans un monde où il y a beaucoup de jugement. J'aimerais dire aux gens que c’est le regard de Dieu le plus important. Jésus est venu à la croix pour nous sauver parce qu’on avait de la valeur à ses yeux. Quoi que les autres pensent de nous, ce qui est important, c’est qu’on plaise à Dieu. À ses yeux, nous sommes un trésor, une émeraude.

 

Et la prochaine étape Samson : un album ? 

Lorenzo MPC : C’est officiel et je l’annonce : en 2018, Samson sort son premier single. C’est sûr et certain ! (Rires)

Samson : Oui, on l’espère. Lorenzo me met la pression pour que j’avance un peu plus vite. Alors si le chef Lorenzo l’a dit, moi j’obéis ! (Rires)